// L'histoire du club

 Voici quelques articles qui parlent de notre club. Ces articles sont tirés en grande partie de revus de presse.
       Historique
       Cagliari Juin 1988
       Le dernier échelon : Octobre 1988
       Mauro "Magic" Martelli
       Palmarès Mauro Martelli

       Biographie
       Trio de choc pour Bonzon

       Biographie

       Un Lausannois champion d'Europe
       Besoin de compétition
       C'est la chance de sa vie

       La boxe Morgienne remet les gants
       Photo de la semaine - Journal de Morges 30/03/2007
       Un Boxeur qui ne craint rien - Journal de Morges 13/04/2007


 Historique Mauro Martelli


Un championnat du monde perdu aux points en 12 reprises contre Simon Brown, une terreur de l’époque : Le deuxième perdu contre Marc Breland, le meilleur amateur de tout les temps par arrêt de l’arbitre au 2ème round.
Boxeur suisse, né à Lausanne le 6 avril 1965, remarié et père de 4 enfants :
Mauro boxeur attachant à toujours été intéressé par la numérologie, ainsi que par l’astrologie. Du reste dans son livre « Penser et gagner », il explique certaines choses à ce sujet.
Mauro débuta par le football et devint champion de la coupe vaudoise junior C avec le Racing Club. Puis il commença en parallèle de la magie en prenant des cours à l’Ecole de Magie de Lausanne. Il monta sur scène à l’âge de 12 ans et présenta un spectacle de manipulation pour lequel il était accompagné par le célèbre compositeur suisse Alain Morisod. Il cessa cette activité pour s’imprégner de Bruce Lee, le légendaire karatéka.
Mauro commença alors le full-contact, boxe américaine avec pieds et mains. Un sport violent et dur, avec lequel il devint champion romand, suisse et d’Europe amateur invaincu, ceci en une trentaine de combats. Il passe ensuite professionnel et devint champion suisse puis d’Europe 3 fois invaincu ; 48 combats avec 47 victoires et 1 défaite.
Puis par l’impopularité et l’insécurité du Full-contact, il se reconverti à la boxe anglaise et devint quintuple champion d’Europe, 60 rounds en moins d’une année. Qualifié de boxeur pressé, il disait en effet ne pas vouloir s’éterniser dans ce sport. Il fut à 22 ans le plus jeune champion de boxe après Carpentier (avant guerre 39-45) et raccrocha les gants à 26 ans, au sommet de son art après une folle ascension !
A 32 ans, il retrouve à nouveau ses anciens amours, le foot. Il devient alors champion vaudois avec l’équipe de seniors du Vevey sport.


 Mauro Martelli : Cagliari Juin 1988


Jusqu’au bout du courage

Et qu’il mérite pour avoir su résister avec beaucoup d’intelligence et de courage au punch d’Efisio Galici.
Sifflets
Une heure plus tôt, dans un Palazetto aux deux tiers plein, c'est un assourdissant concert de sifflets qui accueilli l'arrivée de Mane'l1isur le ring. Tandis que Galici, la main' sur le cœur au moment de l'hymne transalpin, entendait son nom, puis son prénom follement scandé par quatre mille tifosi acquis à sa cause. Pas question de les décevoir. Pourtant, devant son public, Ga1ici le sarde essuyait un premier revers. Après moins d’une minute dans le premier round, Martelli le touchait à l'arcade sourcilière gauche.
Face au punch du Transalpin, Martelli réagissait par de bonnes esquives, ne laissant pas à Galici l'initiative du 1 combat. Intelligent. Piqué, au vif, Galici tentait d'accélérer dans le deuxième round, sans parvenir d'abord à bien cadrer son adversaire, avant de le faire puissamment vaciller en fin de reprise.
Galici le puncheur, qui avait assisté au combat Martelli-Fernandez à Genève au début du mois de mars savait qu'il était dans son intérêt de conclure rapidement. Alors avanti…Le Sade avançait constamment sur le champion en titre, qui parvenait néanmoins à placer quelques uppercuts, mais sans pouvoir doubler ses coups. A l'entrée du quatrième round, fort de quelques terribles droites, Galici menait alors légèrement aux points.

Galici tout en continuant à avancer, ne parvenait toutefois qu'épisodiquement à trouver la faille. Très mobile, Martelli, sur la défensive, esquivait ou encaissait bien. Mais il ne faiblissait pas. Pour lui, il s'agissait de tenir. Moins efficace, moins rapide, l'Italien. Paraissaît en effet s’essoufler. Un peu plus précis, Martelli le touchait au cinquième round d’une droite plongeante et plaçait deux gauches précises.
Insensiblement, l’Italo-Morgien élevait le rythme. Et parvenait à placer dans le sixième round une terrible droite, puis une seconde. Martelli, à mi-combat, avait refait son retard.

Et entamait, au bénéfice d'une précion plus grande un travail de sape. Bien contré par Galici qui ouvrait la pommette gauche du tenant. 8e round: Martelli devait accélérer. Un direct du gauche secouait Galici qui pliait les genoux un bref instant puis contrait rageusement. Avançait avant de se faire cueillir une nouvelle fois et d’en perdre son protège-dents.
Sentait le danger, Galici forçait son rythme pour s’approprier la 9e reprise.
En vain : Martelli plaçait plusieurs jabs, une droite de plein fouet et un crocher du gauche.


 Martelli : Le dernier échelon Octobre 1988


Après avoir défendu quatre fois victorieusement son titre de cham2ion d'Europe des welters, Mauro Martelli s'attaque, ce soir à Malley, à la couronne mondiale. Face à Simon Brown, une tâche fichtrement ardue.

N'empêche! La tâche de Mauro «Magic» Martelli, ce soir à la patinoire de Malley, apparaît diantrement ardue. « Super Simon» se posant en client infiniment plus redoutable que les précédents adversaires défaits par le champion d'Europe des welters. Papable ou pas papable? Martelli, invaincu à ce jour, a douze rounds pour faire mentir les pronostics. Accessoirement, pour devenir le deuxième champion du monde helvétique après Franck Erne, couronné aux points à Buffalo (USA) à l'issue de 20 reprises, en…1899 !

«Au moment de la signature du contrat, je donnais à Martelli 30 % de chances. Après l'avoir vu se préparer de manière peu commune, Je le vois beaucoup plus proche de Brown. Reste qu'il ne part certes pas favori»~ explique Louis Acariès, ex-­gloire des rings et partie prenante dans l'organisation du combat lau­sannois. Une étiquette d’outsider déjà accolée à Martelli lors de son affrontement contre Efisio Galici, le 4 juin dernier. A Cagliari, pour la cinquième défense de son titre acquis aux dépens de l'Espagnol Redondo en juin 87, le sociétaire du Be Morges avait obtenu, dans un contexte difficile et face à un adversaire alors invaincu, son succès le plus significatif.
« C'est ce combat contre" Galici qui m'a poussé à tenter ma chance à l'échelon mondial », reconnaissait d'ailleurs récemment Martelli. De fait, en terre sarde, le champion d'Europe des welters avait parfaitement contenu la boxe puissante d'Efisio «Mains de pierre» Galici. Prouvant en la circonstance - en sus de ses dons pour l'esquive et d'une aptitude à mener un combat déjà reconnus - des talents d'encaisseur décelés contre Antoine Fer­nandez au mois de mars de cette année, ainsi qu'un punch souvent dénié. « Martelli a mérité sa victoire, c'est un véritable seigneur du ring » devait d'ailleurs déclarer en forme d’hommage un Galici très fair-play à l'issue du combat.
Avec Brown, Martelli, le pied sur le dernier échelon de la pyramide, s’attaque toutefois à un calibre encore supérieur. A une boxe, également, différente de celle qu’il a pratiquée jusqu’ici, en l’espace de trois ans et demi, lors de ses 33 combats professionnels, tous gagnés. Martelli, avec Tryce notamment, a longuement étudié à l’entraînement le style « destroy » de son adversaire. Suffisant pour déjouer les sauvages coups de boutoir de Brown, spécialiste de la victoire par k.o. (20 succès sur 27 avant la limite) ? La réponse ce soir, aux alentours de 23 heures, à l’issue d’un combat qui n’est que le deuxième championnat du monde organisé en Suisse après la rencontre Chervet-Chionoi, en avril 74 à Zurich. Autrement écrit : un réel événement, pour Martelli, sur une fantastique consécration.

Philippe MURI
Au programme
Damani (CH)-Papetti (F)
Taylor (EU)-Spann (EU)
Kichenin (CH)-Cupar (You)
Meuret (CH)- Tavarez (Cap-Vert)
Fernandez (F)-Esset (EU)
Martelli (CH)-Brown (EU)


 Mauro "Magic" Martelli : Classement Mondial


Classement mondial de Welterweight  Palmarès Mauro Martelli
+ = match gagné
- = match perdu
im = intervention médicale
kot = Ko technique
ab = abandon
chiffre = nombre de rounds
1984
+ 16.11 Chavannes George Ssonko 6
+ 26.12 Berne Lifétu Basila ko 3

1985
+ 25.01 Chavannes Thierry Pierluigi im 2
+ 22.02 Chavannes Bacha Ben Amar 6
+ 26.03 Genève Mohamed Zeroual 6
+ 30.04 Genève Karim Ouattara 6
+ 07.06 Lausanne Castillo Bello 6
+ 06.07 Ascona Idelfonso Martinez im 4
+ 29.08 Genève Mickey Lervill 6
+ 18.10 Lausanne Ngindola Engote 6
+ 02.11 Silleneuve Patrick Grisot 6
+ 30.11 Genève Domenico Ricci 6
+ 29.12 Chavannes Robert Dormoy kot 6

1986
+ 07.03 Chavannes Frankie Decaesteker kot 4
+ 10.04 Genève Rafael Fuentes ab 4
+ 27.04 Berne Abder Souhihi 8
+ 30.05 Genève Joaquin Velasquez 6
+ 05.07 Ecublens Cliff Gilpin 8
+ 05.09 Crissier Frankie Moro 8
+ 03.10 Genève René Jacquot 10
+ 27.10 Genève Yvon Segor kot 7
+ 26.11 Martigny Pietro Ciarla kot 7
+ 28.12 Chavannes Mazario Mariotti im 8

1987
+ 29.01 Crans Montana Martin Camara 8
+ 28.02 Lausanne John van Elteren 8
+ 01.05 Martigny Kid Taylor kot 5
+ 15.05 Genève Juan Rondon 8

+ 25.06 Genève Alfonso Redondo 12
Titre Européen poids Welter

+ 09.10 Morges Erwin Heiber 12
Titre Européen poids Welter

+ 27.12 Martigny Jean-Marie Touati 12
Titre Européen poids Welter

1988
+ 04.03 Genève Antoine Fernandez 12
Titre Européen poids Welter

+ 23.04 Berck Steve Mitchel 8

+ 04.06 Cagliari Efisio Galici 12
Titre Européen poids Welter

- 14.10 Lausanne Simon Brown 12
Championnat du monde

1989
- 13.10 Genève Breland Mark kot 2
Championnat du monde

1990
+ 28.10 St-Martin D'Heres Franicisco kot 4
Championnat Suisse
+ 26.12 Berne Meuret J.Charles 10

1991
+ 16.02 Gaillard Torence Jack 8
+ 19.04 Marignane Blake Chrio 8
+ 23.05 Genève Monteyne Marino 8
- 05.07 Autun Vaste Gy 8



 Bernard Bonzon : Biographie


Boxeur professionnel deuxième série
Poids super-moyen (76 kg 200 grammes)

Né le 17 avril 1965 sous le signe du Bélier

40 combats chez les amateurs

Quart de finaliste des internationaux de France en 1986

Sélectionné pour les Championnats d'Europe 1986

Quart de finaliste au Tournoi d'Athènes 1987

Professionnel depuis 1987

16 combats, 12 victoires, 1 nul et 3 défaites
(dont une sur blessure alors qu'il menait largement aux points)

Vœux pour 1992: passer en première série et accomplir un pas en direction de l'Europe


 Bernard Bonzon : Trio de choc


Un manager, deux entraîneurs, un masseur. Bonzon bénéficie donc d'un entourage efficace pour mener à bien sa carrière. Sur notre document, son manager Joseph Baeli (à gauche) et ses deux entraîneurs, Giuseppe Vultaggio et Sergio Meneguzzi. Ce dernier s'est notamment occupé de François Fiol et du célèbre Maura Martelli, ex-challenger mondial face à Brown et à Brelan. L'équipe est complétée par le masseur valaisan Philippe Pignat.

 François Fio : Biographie


 Alain Coppey : Un Lausannois Champion d'Europe


A 32 ans, Alain Coppey a concrétise son vieux rêve d'enfant dans la salle omnisports de la Vallée de la Jeunesse. Son titre de champion d'Europe de full¬-contact pros des poids super-légers couronne une belle soirée de kick-boxing qui a souri aux Lausannois.
Les deux 'challengers pour le titre européen ide full-contact pros montent sur le ring. La salle comble surchauffée découvre la différence de gabarit. Dans son coin rouge et blanc, le trentenaire helvétique Alain Coppey dévoile sa musculature impressionnante. Vis-à-vis, dans son angle bleu et blanc, l'Ecos-sais Alexander White (20 ans) présente un physique apparemment mois aguerri. «Alain va en faire qu'une bouchée», en¬-tend-on dans les gradins.
Passé le premier coup de poing la violence des coups de ! pied deWhite tait rapidement les rumeurs. «Il a frappé fort l'entrée. J'ai été surpris par son jeu de jambes», avouera plus
tard le nouveau champion d'Europe. «J'ai essayé de finir le match le plus rapidement possible. Sur la longueur, l'expérience de Coppey aurait fait la différence», commentera pour sa part White.

Le combat se poursuit. Le Lausannois ne se laisse pas déstabiliser par son fougueux challenger. Il amortit les coups sans broncher et développe son très efficace jeu de poings. «Il était moins bons en boxe. C'est dans ce domaine que je pouvais faire la, différence», raconte Alain Coppey, également champion suisse de boxe.
De son côté, White se fatigue rapidement. Ses coups de pied sont moins lourds, moins précis. Et surtout, l'Ecossais encaisse toujours davantage. Dans la deuxième reprise, il s'agenouille une première fois, suite à un coup au plexus. Au milieu de la troisième, il met un genou à terre. Définitivement. White essuie sa première défaite et Alain Coppey empoche son premier sacre de champion d'Europe.
«J'en rêve depuis long¬temps, confesse le héros de la soirée qui, à 32 ans, ne cesse pas de rêver pour autant. Le championnat du monde? Pourquoi pas, si ['occasion se présente ... » Plus concrètement, Alain Coppey doit se concentrer maintenant sur son titre de champion' suisse de boxe qu'il devra défendre prochainement en Suisse al
Devant mille spectateurs
Samedi soir, un millier de spectateurs ont assisté au sacre de Coppey. «Nous sommes satisfaits du résultat du match, de l'ambiance dans la salle. C'était une très belle soirée de kick-boxing», commente Jé¬rome Cañabate, mentor d'Alain Coppey et directeur technique de la manifestation durant laquelle les deux boxeurs lausannois Jérémie et Julien Cañabate ont également gagné leur combat de très belle manière.
DOMINIQUE BOTTI
24 Heures
Lundi 10 octobre 2005


 Alain Coppey : Besoin de compétition


Check-up Forme
Champion d’Europe de full-contact
le Lausannois Alain Coppey doit son titre à un entraînement, un mental et une hygiène de vie sans faille. Quand on aime, on ne lésine pas sur l’effort !
Alain Coppey

«J'ai besoin de compétition»
Texte: Céline Fossati
Photos: Philippe pache
Sacré champion d'Europe des poids légers de full-contact le Il novembre dernier, Alain
Coppey vise aujourd'hui le titre mondial. Ce qui ne va pas arranger son penchant pour les douceurs. «Je suis un bec à sucre, avoue-t-il. Sans doute parce que cela m'est interdit. Pour rester dans ma catégorie, je ne dois pas dépasser 62,1 kilos. Et je me fais un point d'honneur à ne pas les dépasser.» Manger équilibré, tel est sa devise. Mais, heureusement, avec une moyenne de deux à quatre heures d'entrainement journalier, en plus de ses huit heures de travail quotidien ¬excusez du peu! -, ce Valaisan de souche peut se permettre une fondue par mois.
Je me détends…
«Au Fitness Parc de Malley,
le dimanche, en prenant le temps d'un bon sauna.»
«J'ai besoin de challenge, sinon Je m'ennuie»
Je craque pour ...
«Tout ce qui est appareil électronique: home cinéma, iPod, mobile dernier cri, lecteur DVD portable: les gadgets high-tech, c’est mon dada »
Fiche santé
Nom: Alain Coppey.
Date de naissance: 19 janvier 1973.
Profession: technicien en électrotechnique
sur machine d'entretien de voies de chemin de fer.
Etat civil: en couple.
Religion: «Je crois en un Dieu. Même si je ne sais pas lequel, je sais qu'il y a quelqu’un»
Taille: 173 cm.
Poids: 61 kg 800
Tabac: «Néant.»
Alcool: «J'aime le vin. Mon père est vigneron. Son père l'était avant lui. Je suis le seul à ne pas être dans le coup ... pour le moment»
Stress: «Je le gère plutôt bien. Sauf peut-être juste avant un combat. Mais, une fois mon adversaire en face de moi, je retrouve tout mon sang-froid»
Point fort: «Ma constance. Je suis d'une régularité sans faille dans mon entraînement, mon hygiène alimentaire, mon rythme de vie»
Point faible: «Ma gourmandise. Je suis un bon vivant. J'aime manger Mais je ne vais jamais dans l’excès»
Recette bien-être: «Un jour de détente par semaine avec, au programme:
un sauna, un bon repas et une séance de home cinéma.»
29 novembre 2006
L’Illustré


 Alain Coppey : La chance de sa vie


FULL-CONTACT Alain Coppey aux championnats d'Europe à Lausanne le 8 octobre.
« C’est la chance de sa vie »
Cela fait des années que les amateurs d'arts martiaux espéraient revoir un grand match dans la capitale vaudoise. Ce sera le 8 octobre prochain: Alain Coppey tentera de décrocher la ceinture européenne de full­-contact chez les professionnels. Promis, le combattant lausan­nois a mis toutes les chances de son côté.
«Le point faible d’Alain, enfin si on peut parler de point faible, c'était parfois sa concentration qui se relâchait un tout petit peu lorsqu'il se sentait en confiance. C'est ça le danger. Dans notre sport, tu prends un coup et t'es par terre.» Ancien pro et directeur technique pour ce championnat, Jérôme Canna­bate sait de quoi il parle. «Mais on a beaucoup travaillé et mis au point un système de défense presque parfait. »
Un guerrier
A ses côtés, Alain Coppey paraît effectivement des plus sereins. Et en grande forme. Oubliée sa méchante blessure à un genou de l'hiver passé: «C'est bon, maintenant, je peux frapper fort,» Ça tombe plutôt bien puisque le jeu de jambes constitue la meilleure arme du combattant du National Spor­ting Club. Qui se débrouille pas mal avec ses mains non plus. «Il manque un peu de punch, mais il est quand même champion de Suisse de boxe,»
Côté physique, tout joue donc. Et question mental, Alain Coppey, du :haut de ses 32 ans, a toujours assué : « C’est un guerrier. Il est prêt. »
Un point noir dans ce tableau toutefois : le nom de son adversaire. Ce ne sera pas le champion d’Europe en titre, le Français Karim Oumedur, qui figure pourtant bel et bien sur les affiches en ville de Lausanne. Le hic, c’est que le bonhomme a 4hg de trop et qu’il a déjà fait savoir qu’il n’arriverait pas à les perdre à temps ! Les instances dirigeantes européennes devraient donc le destituer cette semaine encore le combattant qui affrontera Alain Coppey, désigné lui challenger numéro 1.
Cette incertitude n'affecte pas trop le camp des Vaudois. «De toute façon, ce sera un adversaire difficile. Comme Alain, il n'a sans doute pas de défaite à son palmarès. Mais nous sommes prêts. Cela fait longtemps que lausanne attend de revivre des soirées comme celle de Malley en 1987 (n.l.d.r. : 5000 spectateurs pour voir Jérôme Cannabate sur le ring). Et cette fois, nous avons la chance d’avoir à nouveau un combattant de valeur mondiale. Pour Alain, c’est le jour le plus important de sa vie. Il ne doit pas se rater. »
Jean-Marc Rapaz 24 heures Mercredi 14 septembre 2005
Jean-Marc Rapaz
24 heures
Mercredi 14 septembre 2005


 Messibah : La boxe Morgienne remet les gants


Renaissance avec deux titres en poche, le club pugilistique rêve de renouer avec son glorieux passé. Après un titre de champion suisse remporté l’an passé, Abdallah Messibah a porté un titre de champion romand cadets et un titre de vice-champion suisse juniors à son palmarès. Voilà qui réjouit son père, Djamal, entraîneur du club pugilistique de Morges : « Abdallah boxe depuis l’âge de 10 ans. Deux ans plus tar, il livrait son premier combat. Alors qu’il est encore cadet, il n’a perdu que de justesse, aux points, le finale du championnat de Suisse junior à Bâle. Je place beaucoup d’espoirs en lui car il est doué, sérieux, attentif et courageux. »

Abdallah est le seul boxeur morgien à faire de la compétition. Ils sont une poignée en full-contact, discipline qu’enseigne également Djamal Messibah. L’homme est né en Algèrie, voici 55 ans : « J’ai pratiqué la boxe dès l’âge de 12 ans et jusqu’à 18 ans. J’ai livré une trantaine de combats amateurs…
Quand je suis venu m’établir à Morges, en 1977, j’ai rejoint le Club qui s’entraînait alors dans la salle gymnastique des charpentiers aujourd’hui démolie. Je n’ai pas repris la compétition, mais j’ai découvert la passion d’entraîneur. »

C’était une époque glorieuse pour la boxe morgienne avec des champions de la trempe de François Fiol et Mauro Martelli. Le regretté Sergio Meneguzzi était l’entraîneur du club.
« Quand il est tombé malade, il m’a demandé d’introduire le full-contact à Morges. Discipline que j’étais allé étudier chez Jérôme Canabate à Lausanne.
Coach de champions
Djamal Messibah se flatte d’avoir été, quatre années durant, l’entraîneur de champion du monde et champion d’Europe Alain Coppey qui a livré son dernier combat le 8 mars dernier. Professionnel du full-acontact, le Bernois Riad Menasria, également d’origine algérienne, vient trois fois par semaine à Morges pour bénéficier des conseils Djamal. « Le club compte environ 80 membres âgés de 6 à 60 ans, qui pratiquent souvent les deux disciplines (boxe et full-contact). Ils ne sont toutefois pas attirés par la compétition, car pour eux, c’est une manière d’entretenir leur forme et d’entraîner la self-défense. Reste que les locaux d’Académie des arts martiaux, au Parc des Sports, sont très utilisés, ce qui m’oblige à aller régulièrement entraîner mon fils chez Jérôme Canabate à Lausanne. » Pour un total de cinq ou six séances de deux heures et demi par semaine, autant d’éfforts nécessaires pour combler les espoirs que Djamal place sur son fils.



 Messibah : Journal de Morges 30/03/2007


La photo de la semaine
A Chéserex, le Morgien Abdallah Messibah, en bleu. a réussi l'exploit en devenant le nouveau champion suisse de boxe chez les cadets de 15-17 ans. Un résultat de choix qui a bien évidemment ravi le Club pugilistique de la ville.


 Messibah : Journal de Morges 13/04/2007

PORTRAIT
Fin mars, Abdallah Messibah, 15 ans, est devenu champion suisse de boxe en
moins de 66 kg. Talentueux, il porte les espoirs de tout un club.
Boxe
Messibah est venu naturellement à la boxe, grâce à son père, ancien boxeur, et coach aux côtés de Pino. Enfant, il regardait des cassettes vidéo des légendes de son sport, telles Mo­harned Ali, son idole absolue. Aujourd'hui, il rêve de pouvoir «participer, au Championnat
d'Europe».

Plus ambitieux, son père espère même le voir gagner un jour cette compétition, et également participer aux Jeux Olympiques dans cinq ans. «Je l'en crois capable. Abdallah est très sérieux, et très discipliné dans son travail, Et sa grande taille, ses longs bras sont des atouts.»
Pour l'heure, le jeune morgien s'entraîne intensément à Morges et Lausanne, jusqu'à six fois par semaine si ses devoirs scolaires le lui
permettent.
Sa priorité est de disputer un maximum de combats, ce qui n'est pas aisé dans sa catégorie d'âge et de poids. C'est pour 'cette raison qu'il pratique également le full-contact, sport dérivé du karaté (oû l'on donne en plus des, coups de poing, des coups de pied) et où il y a plus de compétiteurs qu'en boxe. Messi­bah a ainsi intégré dernièrement, avec succès, la sélection Suisse romande de full-contact, pour un match contre une sélection irlandaise.


Avec Messibah, c’est tout un club qui rêve de retrouver son lustre d’antan. Fondé, il y a plus de quarante ans, le club des Pugilistes de Morges a en effet connu en son sein des champions suisses, d’Italie, d’Europe, et même un vice-champion du monde en la personne du mythique Mauro Martelli ! « On aimerait pouvoir retrouver de tels champions. C’est possible car nous avons un savoir-faire évident, une structure professionnelle avec d’excellents coachs » explique Gino Appice, président du club et ancien champion suisse en 1977. « Malheureusement, je remarque un changement de mentalités. De nos jours les boxeurs s’effarouchent à la moindre égratignure, et sont vite rebutés de la compétition après un combat déjà. Il est vrai que celle-ci n’a rien à voir avec l’entraînement. »
Le Club Pugiliste de Morges compte 130 membres, dont seuls 3 et 4% font de la compétition. « La grande majorité vient pour entretenir sa culture physique », précise le président. « La boxe est un sport complet, qui apporte beaucoup et où la sueur est réelle, pas comme au fitness !

Full-Boxe Morges, Promenade Général Guisan 8, 1110 Morges | E-mail : contact@full-boxemorges.ch